Navigation Menu+

La scintigraphie : une méthode d’imagerie médicale de médecine nucléaire

La scintigraphie est uneméthode d’imagerie médicale qui consiste à administrer un médicament radiopharmaceutique qui donnera un signal par rayonnement lorsqu’il est capté par l’organe cible. C’est pourquoi elle est spécialisée dans la médecine nucléaire et elle permet de faire un diagnostic très précis pour orienter le traitement de façon très efficace. En fait, avec la scintigraphie,l’émission des rayonnements gamma par le produit légèrement actif composé par un traceur radioactif et une molécule complémentaire avec l’organisme va donner une structure à visualiser grâce à la gamma-caméra.

Le principe de la scintigraphie

scintigraphie.jpg

La scintigraphie n’est pas une technique médicale comme toutes autres techniques d’imagerie médicale qui donnent des résultats physiologiques ou anatomiques, mais plutôt des imageries fonctionnelles après laquelle on obtient des résultats en 2D de l’organe à cibler.La scintigraphie exige beaucoup de précautions que son utilisation est limitée à certains services ayant des infrastructures particulières appropriées et elle est contre-indiquée aux femmes enceintes.
Ainsi, la scintigraphie consiste à injecter par voie intraveineuse ou orale une infime quantité de produit radio-pharmaceutique qui va être capté par l’organe cible de façon passagère. Une fois arrivée au niveau de son cible, l’élément radio-isotope va émettre des rayons gamma venant du patient lui-même qui sont reçus par un appareil capable d’amplifier un signal et de le traduire en image. En effet, une caméra spécifique contenant des scintillations appelée gamma caméra va transformer le signal en informations médicales après les avoir traité sur ordinateur avec un logiciel spécifique.

La Gamma caméra

Sous l’effet des rayons qu’émettent certains cristaux, le gamma caméra capte une scintillation, d’où le nom de scintigraphie. En fait, un gamma-caméra est une caméra à scintillation découverte par un physicien américain, H.O Anger en 1957, utilisée en médecine nucléaire pour faire nombreux diagnostics détaillés du mode de fonctionnement des organes.